MARIE RODET

Reader en Histoire de l’Afrique, SOAS, Université de Londres (Royaume-Uni), DIPPOL (Rennes), PhD (Vienna)

Directrice du programme EMiFo, elle possède une expertise de plus de 15 ans sur l’histoire de l’esclavage dans l’ouest du Mali. Ses travaux portent principalement sur les révoltes d’esclavisé.e.s dans la région de Kayes au cours du premier quart du XXème siècle. Elle a abondamment publié sur ces questions.

Dans le cadre de ce projet qu’elle dirige, Marie Rodet travaille également sur les récits historiques de déplacements liés à l’esclavage dans la région de Kayes. Elle analyse dans quelles conditions les crises associées à ce phénomène et les déplacements forcés ont eu lieu et sont susceptibles de se produire. En effet, malgré l’abolition de l’esclavage interne en Afrique de l’Ouest sous la colonisation française en 1905, ces mouvements sous contrainte ont régulièrement eu lieu mais sont demeurés largement invisibles, empêchant ainsi jusqu’à aujourd’hui toute mesure de prévention et de gestion de ces migrations par les autorités coloniales et postcoloniales. Cette recherche est menée à partir de recherches d’archives et d’entretiens d’histoire orale. En examinant tout particulièrement de quelle manière les populations anciennement déplacées sur le long terme ont réussi à survivre dans un environnement socialement et économiquement hostile, cette recherche questionne les concepts de « communautés viables » et de «conditions de vie durable» dans un context de stigmatisation et de marginalisation qui perdure à l’encontre des populations à qui est assigné le « statut d’esclave ».