Impact

Ce projet fera la promotion du développement économique et du bien-être de populations au statut d’esclave déplacées sous la contrainte dans l’Ouest du Mali, par le biais de mesures concrètes destinées à faire connaître leur situation, restée jusqu’à récemment inintelligible et invisible pour la plupart des professionnels du développement et de l’humanitaire.

Cette sensibilisation sera réalisée au moyen d’un site Web, de documents d’orientation, de films documentaires, de supports pédagogiques, de formations, de diffusion des résultats de recherche et de plaidoyer auprès des décisionnaires politiques, aux niveaux appropriés.

En partenariat avec les organisations maliennes Donkosira et TEMEDT, le projet vise également à renforcer la sensibilisation et le soutien de ces communautés sur le plan juridique et en matière de droits civiques, tout en étudiant des solutions économiquement abordables et évolutives leur permettant d’accéder à un mode de vie durable.

Par ailleurs, il permettra notamment aux femmes et aux filles d’échapper à d’autres formes d’exploitation, en leur permettant de se réapproprier leurs rôles d’actrices économiques et de contributrices à part entière au développement de leurs communautés.

Les ressources juridiques et pratiques générées pourront être utilisées par des ONG et des décideurs politiques dans la planification d’actions communautaires et basées sur des informations locales, avec pour objectif central le développement équitable.

Cette volonté de génération d’impact est liée à l’obtention de la subvention « Antislavery Knowledge Network » (AKN) de l’AHRC, associée à ce projet. Celle-ci a en effet donné lieu à la création d’un roman graphique et d’un film d’animation, qui explore l’histoire de Bouillagui, un village de l’ouest du Mali fondé dans les années 1910 par des communautés d’anciens esclaves, à la suite de conflits autour de l’accès à la terre ayant entraîné une révolte contre leurs anciens maîtres. Elle s’inscrit également dans le prolongement direct du colloque international « Droit et esclavage en Afrique de l’Ouest » co-organisé en 2017 par l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), SOAS et l’Institut français du Mali.

Fort de ces précédentes expériences fructueuses de recherche collaborative et inclusive avec des partenaires maliens, ce projet a vocation à générer un impact renforcé sur le long terme. Cet objectif implique des solutions sur le plan juridique et en matière de développement, au moyen d’une diffusion des résultats du projet aux professionnels comme aux décideurs politiques (y compris gouvernements nationaux, ONG internationales et organisations telles que World Relief, Plan International et l’UNICEF).

Nous sommes convaincus qu’un renforcement des informations, de la sensibilisation et de la « visibilité » des problématiques aidera les acteurs susnommés à concevoir des initiatives plus éclairées, s’appuyant sur notre projet de recherche action. En ciblant directement les communautés concernées, souvent effacées par les élites locales, ce projet optimisera l’efficacité des interventions humanitaires et de développement dans la région en matière d’accès à la terre et de déplacements internes.

Un tel résultat aura à son tour un impact durable sur les communautés en question. La conférence de 2017 « Droit et esclavage en Afrique de l’Ouest » et le projet AKN de l’AHRC « Visualising Liberté: Producing a Graphic Novel and an Animation on the History of Slavery and Emancipation in Kayes, Mali » ont réellement retenu l’attention des professionnels du droit maliens, ainsi que des médias nationaux et internationaux (après la conférence de 2017, Bakary Camara et Marie Rodet ont notamment participé à un débat d’une heure sur l’esclavage et ses formes contemporaines en Afrique de l’Ouest sur la chaîne de télévision nationale malienne).

Les activités suivantes, organisées dans le cadre du projet, visent à générer un impact concret :