Réflexions sur la conduite d’une recherche EMiFo pendant la pandémie de COVID-19

-par les membres de l’équipe du projet SlaFMig, la professeure associée Lotte Pelckmans et les étudiantes en master Leah Durst-Lee et Nolwenn Marconnet, basées au Centre AMIS pour les études avancées sur la migration, Université de Copenhague.-

Le projet EMiFo a débuté en février 2020 et en mars 2020, les chercheurs basés à Copenhague se sont enfermés dans tout le pays, travaillant en ligne depuis leur domicile. Malgré les restrictions du COVID-19, le projet a réussi à maintenir le rythme et à mener des recherches ambitieuses, et nos équipes au Mali n’ont presque pas été gênées par la pandémie. Nous, les trois chercheurs de l’équipe de Copenhague, réfléchissons aux défis et aux opportunités que nous avons rencontrés en menant des recherches pour le projet SlaFMig pendant la pandémie.

Lotte Pelckmans se concentre principalement sur le déplacement, la mobilisation et l’activisme de la diaspora pour les hommes et les femmes (assigné.e.s au statut « d’esclave »). Elle travaille sur un court documentaire qui sera utilisé dans les campagnes de sensibilisation d’EMiFo. Lotte partage :

La majeure partie de mes recherches devait se dérouler au sein de la diaspora (féminine et militante) en France, et j’ai réussi à commencer mes recherches sur l’infrastructure, les leaders, la mobilisation, les médias sociaux et les militantes en France en me déplaçant uniquement en ligne. Par rapport aux expériences de travail de terrain hors ligne, rencontrer des informateur.rice.s pour la première fois en ligne était un peu gênant, à la fois pour eux et pour moi. Même si j’ai obtenu mes contacts grâce à la méthode de la boule de neige par le biais d’un membre central et de confiance de la communauté féminine, établir les premiers contacts à l’écran pose le défi supplémentaire d’établir la confiance. C’était particulièrement le cas pour les informateur.rice.s, souvent des femmes, qui n’avaient jamais utilisé Zoom auparavant, dont certains sont analphabètes et devaient donc compter sur des membres de leur famille pour se connecter et se déconnecter, utilisant souvent des téléphones plutôt que des ordinateurs. Néanmoins, le format conversationnel des entretiens en ligne a permis des échanges assez intensifs et précieux, et le fait d’avoir une expérience des types de salutations et d’humour lors de travaux antérieurs dans et avec la diaspora malienne, a certainement aidé. Le défi supplémentaire en termes d’établissement de la confiance a été la proposition de faire un film documentaire avec elles, en partie en enregistrant sur Zoom. Comme beaucoup de ces femmes sont exposées à des discours haineux en raison de leur militantisme contre l’esclavage, apparaître dans un documentaire était naturellement une demande de taille, qui a entraîné des absences et des problèmes de communication. Ceux qui avaient plus d’expérience avec Zoom étaient beaucoup plus à l’aise, y compris lorsqu’il s’agissait d’enregistrer. Le format des réunions Zoom en ligne a permis plus de confidentialité et d’intimité, par rapport au travail de terrain en direct hors ligne que j’avais effectué dans le même groupe de la diaspora il y a quelques années. Dans les situations hors ligne, les informateur.rice.s étaient souvent en train de faire quelque chose, accompagné.e.s par d’autres personnes et ne pouvaient spontanément s’isoler avec moi dans un endroit calme pour s’engager dans une communication en tête-à-tête. Dans les contextes hors ligne pré-covid, j’ai ressenti beaucoup plus de « bruit », à la fois littéralement (appels téléphoniques entrants, télévision, bruits de cuisine ou de voisinage), mais aussi dans le sens de la co-présence de plusieurs autres personnes (co-habitants, enfants et membres de la famille) qui étaient présentes et qui pouvaient avoir un impact sur la facilité des informateur.rice.s à parler en toute confidentialité et ouverture.  Dans le monde en ligne, ce type de « bruit » était, étonnamment, presque totalement absent. Bien sûr, les entretiens en ligne ont des limites, comme le fait de ne pas pouvoir observer les actions des participants, le langage corporel et les informations haptiques et sensorielles de l’environnement, sans compter l’apport d’informateur.rice.s « non invités » qui nous rejoignaient. Ces limites nous font passer à côté de strates de compréhension importantes pour la pleine appréciation des situations. J’ai donc hâte de rencontrer ces remarquables personnalités en personne dans les banlieues parisiennes. Dans l’ensemble, les restrictions du COVID n’ont pas empêché d’entrer en contact et d’établir de nouvelles relations avec des hommes et des femmes inspirant.e.s qui s’engagent dans l’activisme contre l’esclavage fondé sur l’ascendance. En conclusion, je pense que le « travail de terrain hybride », combinant des interactions en ligne et hors ligne, deviendra plus courant dans mes recherches.

Leah Durst-Lee, étudiante en master, a été inspirée par son stage de recherche dans le cadre du projet SlaFMig et a décidé d’axer son mémoire de master sur la manière dont l’adoption d’une loi pénale antiesclavagiste pourrait protéger les personnes déplacées anciennement réduites en esclavage, et les empêcher de retomber dans des formes de servitude ou de dépendance au Mali. Pour que cela soit réalisable pendant le confinement, elle a interrogé des universitaires et des praticien.ne.s du monde entier qui ont étudié ou travaillé sur les questions d’esclavage fondé sur l’ascendance, de migration forcée et de loi anti-esclavage. Leah commente :

“Le fait d’effectuer des recherches pendant la pandémie a eu un impact sur tous les domaines de ma recherche, mais pas toujours en mal. Comme je ne suis pas en mesure de me rendre physiquement au Mali pour mener des travaux de terrain et des entretiens, j’ai interviewé virtuellement des experts en Afrique occidentale et australe, en Europe et en Amérique du Nord. J’ai également été poussée à essayer une nouvelle méthode, l’analyse d’études de cas, en étudiant comment l’adoption de lois pénales anti-esclavagistes en Mauritanie et au Niger a pu avoir un impact sur la vulnérabilité à l’esclavage et la dépendance des individus anciennement asservis. Alors que mon rêve aurait été de me rendre au Mali, le fait de m’engager en ligne avec les chercheurs du SlaFMig et d’autres chercheurs et défenseurs m’a permis de me sentir moins éloigné, du moins jusqu’à ce que je puisse voyager à nouveau en toute sécurité ».

L’étudiante en Master Nolwenn Marconnet a collaboré avec Lotte Pelckmans sur le rôle des médias sociaux dans la diaspora Soninké qui s’engage dans l’activisme anti-esclavagiste, y compris la sensibilisation et les actions légales. Nolwenn partage :

“En dépit de mes propres avantages et limites linguistiques (je parle français mais pas soninké) et du fait que je n’ai jamais rencontré aucun de mes informateur.rice.s en personne en raison des restrictions de voyage liées à la pandémie de Covid-19, j’ai orienté ma recherche vers l’implication transnationale de la diaspora (principalement francophone) par le biais de groupes WhatsApp. Lorsque j’ai commencé à travailler dans le cadre du projet SlaFMig, la pandémie de Covid-19 était déjà une réalité bien connue. Bien que certains de mes informateur.rice.s aient parfois des difficultés à utiliser Zoom, les réunions virtuelles me permettent de rencontrer les gens  » chez eux  » tout en respectant leur vie privée, et il est probable que mes informateur.rice.s avaient plus de temps à allouer aux entretiens puisqu’ils étaient enfermés en France. De plus, j’ai pris le temps d’analyser le contenu en ligne partagé sur les groupes publics WhatsApp, ce qui, pour aucun des participants, n’implique une présence physique et peut être fait depuis mon téléphone. Je regrette cependant de ne pas avoir eu l’occasion de discuter, d’observer les participants et de participer aux réunions physiques et aux manifestations organisées par la diaspora à Paris, mais j’espère que l’assouplissement actuel des restrictions du Covid-19 me permettra de le faire dans un avenir proche.”

Partagez !

Laisser un commentaire